catherine-ethier-julie-artacho.jpg

UNE CATHERINE PAS PIQUÉE DES VERS

Catherine et ses prises de position bien assumées, ainsi que son parcours rebondissant de surprises

Crédit photo : Julie Artacho

 

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec une femme inspirante et hautement cultivée dans le cadre de notre dernier Tête-à-tête. Des opinions tranchées, des pensées assumées, ainsi qu’un sens de l’humour hors du commun; cela définit bien Catherine Ethier.

L’autrice, que nous avons pu voir dans nos télévisions à maintes reprises, n’a pas la langue dans sa poche, en plus d’avoir un parcours totalement atypique. Après avoir débuté des études en sciences, Catherine a réalisé un bon jour que sa vie ne s’en allait pas dans la direction souhaitée. Elle a quitté son petit emploi à temps partiel chez Tim Hortons et a réorienté son parcours scolaire vers la publicité.

Quelques années plus tard, c’est dans les communications qu’elle s’est retrouvée, un peu par hasard, alors qu’elle a obtenu de belles opportunités en tant que recherchiste, pour des sites web entre autres. Au fil du temps, elle a su tracer son parcours et faire en sorte que son nom soit sur toutes les lèvres. S’en sont suivi de nombreux contrats ici et là – Catherine est pigiste et n’a donc pas d’emploi fixe- qui lui ont permis de constater qu’elle est réellement dans le milieu qui la passionne.

La recherche l’a aussi amenée à développer sa plume en tant qu’autrice, et même rédactrice pour différents journaux et magazines de notre belle province ; Urbania, Elle Québec, Le Journal Métro et bien d’autres ont tous requis ses services dans le cadre de billets d’humeur qu’elle a pu y écrire.

Dans le monde de la radio et de la télévision, l’heureuse propriétaire d’une balayeuse Dyson ne laisse pas sa place. Elle a participé à la matinale « Gravel le matin » d’Alain Gravel sur ICI Première, il y a quelques années, et elle baigne désormais dans le monde du podcast. Elle participe et crée de nombreuses émissions audio destinées au web, telles que « Pars-moé pas » et « Nos questions niaiseuses ». Les jeunes ont pu la voir et s’inspirer de ses judicieux conseils dans l’émission phare de VRAK ; « Code F ». Elle est actuellement chroniqueuse à la radio de Radio-Canada, à l’émission « Bonsoir Bonsoir ! » et elle continue les billets pour différents médias.

La femme inspirante que nous avons rencontrée est également féministe et s’implique en étant la marraine du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Il suffit de regarder le podcast avec elle pour constater toute l’admiration et le respect qu’elle a pour ces femmes qui ne l’ont pas eu facile. Nous l’avons fait réfléchir sur le fait qu’il y ait déjà eu dix féminicides en quatre mois, ici au Québec. Également, sur le dossier des vaccins, qui crée une sorte de climat de peur dans notre société. Au travers de tout cela, elle a élaboré sur la question des trolls qui pullulent sur nos réseaux sociaux, sans jamais pouvoir en disparaitre. Elle croit qu’il y aura peut-être un jour un monde respectueux, aux suites d’éducation et de législation pour contrer la haine et l’ignorance.

Catherine Ethier ne se lasse jamais de parler, autant de façon drôle que pertinente. Nous avons eu la chance de discuter avec elle pendant plusieurs minutes. Elle est fascinante et nous devrions tous nous inspirer d’elle, à différents niveaux, vraiment…